Roma. Nascita di una capitale 1870-1915

Immagine: 
© GIACOMO BALLA, by SIAE 2021 e Michele Cammarano, La presa di Porta Pia, 1870
04/05 - 26/09/2021
Museo di Roma,
Salles d'exposition au premier étage

L'exposition fait partie des initiatives visant à célébrer le 150e anniversaire de la proclamation de Rome comme capitale de l'Italie, organisées par la surintendance du Capitole.

L'exposition est organisée par Federica Pirani, Gloria Raimondi et Flavia Pesci, avec le conseil scientifique du professeur Vittorio Vidotto et la collaboration technico-scientifique du département d'architecture et du département des sciences de l'éducation de l'université de Roma Tre, des archives de la fondation Primoli, du comité Roma 150 et de l'Istituto Luce-Cinecchio. Vittorio Vidotto et la collaboration technico-scientifique du Département d'architecture et du Département des sciences de l'éducation de l'Università degli Studi di Roma Tre, les Archives de la Fondation Primoli, le Comitato Roma 150, l'Istituto Luce-Cinecittà, la Fondazione Centro Sperimentale di Cinematografia, le Museo Ebraico di Roma, le Musée national Collezione Salce de Trévise, la Fondazione Cineteca di Bologna et l'Accademia Nazionale di Santa Cecilia, entend présenter, outre les grands événements qui ont marqué l'histoire de la nouvelle capitale de 1870 jusqu'aux années de la Première Guerre mondiale, les profondes transformations physiques du corps de la ville, de ses rues, places, villas et de ses composantes sociales.

L'exposition se déroule sur une période qui va de la brèche de Porta Pia à la Première Guerre mondiale, et développe trois grands noyaux thématiques racontés à travers des épisodes emblématiques qui illustrent, en même temps que les événements historiques, les transformations urbaines et la nouvelle architecture de la nouvelle capitale, en dialogue avec les changements socioculturels.

Dans le parcours, les environ 600 œuvres comprenant des peintures, des sculptures, des dessins, des graphiques, des photographies et du matériel documentaire provenant de collections publiques et privées sont placées en dialogue continu avec les images évocatrices tirées de films originaux qui décrivent Rome dans la transition entre le XIXe et le XXe siècle et, à la fin du parcours, au moment des célébrations de la fin de la Première Guerre mondiale. Une présence constante et significative le long du parcours est représentée par l'extraordinaire qualité des photographies prises par le comte Giuseppe Primoli entre 1888 et 1903, qui allient la valeur documentaire à un reportage presque ante-litteram. Des appareils didactiques, des installations immersives, des supports multimédias et des vidéos, parfois accompagnés de citations d'écrivains italiens et étrangers, illustrent les nombreux aspects liés à la politique, à l'art, au commerce, aux industries naissantes, au tourisme, au sport, à la vie sociale et solidaire qui constituaient l'échafaudage sur lequel construire l'image d'une ville tournée vers la modernité.

Le grand tableau de Michele Cammarano représentant la brèche de Porta Pia, qui ouvre symboliquement l'exposition, est contrebalancé par des images du film de Filoteo Alberini "La prise de Rome" (1905), un document historique présenté pour la première fois cette année-là sur les murs de Porta Pia et diffusé par la suite à tous les anniversaires de l'événement. L'importance de l'événement et la fortune de son iconographie seront représentées par des peintures (Bartolena, Ademollo, Tranzi) et des photographies originales qui reconstituent l'événement. Les portraits en peinture et en sculpture des protagonistes (Cavour, Garibaldi, Mazzini, Vittorio Emanuele) alternent avec de nombreux tableaux et documents célébrant le plébiscite, officiels et populaires (Luigi Riva, Plebiscito a Roma, Vincenzo Giovannini, Il tricolore agli Orti Farnesiani), qui mettent en évidence la résonance de l'événement à Rome et dans le Royaume.

A travers les représentations planimétriques du territoire urbain et de la salubrité de l'air, c'est aussi le rapport dramatique de la nouvelle capitale avec le fléau de la pauvreté et de la malaria qui est raconté. Le grand tableau de Federico Zandomeneghi, I poveri sui gradini della chiesa di San Gregorio al Celio, témoigne de l'état d'indigence et de souffrance d'une grande partie de la population.

Un espace considérable est consacré à l'illustration de la relation étroite entre Rome et le Tibre. Le fleuve, moyen de communication et lieu d'échanges commerciaux et de loisirs, est aussi vécu par les habitants comme un danger permanent lié aux crues fréquentes et destructrices. Les œuvres exposées (une maquette du Porto di Ripetta, des peintures, des photographies et des plans) témoignent de l'ambivalence et de la coexistence entre les deux aspects.

Le visiteur peut ensuite retracer les transformations urbaines de la capitale à travers l'exposition de maquettes, de projets architecturaux et d'esquisses décoratives des bâtiments les plus significatifs construits dans ces années-là, avec une riche documentation d'archives sur l'histoire des démolitions (ouverture des grandes artères de Via Nazionale et Corso Vittorio Emanuele) et la construction des monuments les plus représentatifs et emblématiques des actes épiques du Risorgimento (Palazzo del Parlamento, Palazzo di Giustizia, Vittoriano).

Accompagnés de textes d'écrivains et d'intellectuels qui ont réfléchi aux événements entourant la destruction/construction de la ville (Gabriele D'Annunzio, Ermanno Grimm, Émile Zola), ces grands changements montrent également l'activité fébrile des chantiers, qui ont également ouvert les yeux sur de nouvelles questions sociales et politiques, de la présence des ouvriers et des prolétaires à la naissance du socialisme.

La naissance de nouveaux quartiers et la transformation du ghetto font l'objet d'une attention particulière, avec la construction de la nouvelle synagogue représentée par la maquette en bois du temple principal et les esquisses préparatoires à sa décoration, provenant du Musée juif de Rome qui, cet automne, ouvrira à son tour une exposition consacrée aux célébrations de Rome comme capitale intitulée 1848-1871. Les Juifs de Rome entre ségrégation et émancipation.

La grande salle du musée est également consacrée à une promenade idéale dans Rome, avec de nombreuses affiches provenant de l'importante collection Salce de Trévise et une exposition dans l'exposition, composée d'environ 70 images presque inédites, consacrée à l'activité photographique du comte Giuseppe Primoli et organisée en collaboration avec la Fondation Primoli.

Avec l'élection d'Ernesto Nathan comme maire de Rome, on assiste à une modernisation sans précédent de la capitale (diffusion de l'éducation, santé publique, urbanisme, infrastructures, transports, éclairage). Ces années ont également vu le développement d'importants projets liés aux écoles (écoles de la ville, écoles de la zone Agro Romano et ouverture de la "Case del Bambino" de Maria Montessori) et la promotion de l'image internationale de Rome avec la grande exposition marquant le cinquantième anniversaire de l'unification de l'Italie en 1911.

L'exposition se termine par une salle consacrée au début de la guerre qui, avec ses énormes bouleversements politiques et sociaux, a marqué un tournant crucial dans l'histoire du XXe siècle. Une salle à effet "immersif" est réservée à la projection de fragments du film "Gloria" avec des images du conflit et des photographies de manifestations interventionnistes - accompagnée de la lecture par un acteur des paroles de Gabriele D'Annunzio en faveur de l'entrée en guerre. L'exposition se termine par un certain nombre de tableaux interventionnistes de Giacomo Balla, tandis que L'ultima veglia (La dernière veillée) d'Edoardo Gioja représente symboliquement et efficacement la fin du conflit.

L'exposition est accompagnée d'un appareil didactique très précis et d'un catalogue réalisé par De Luca Editori d'Arte qui présente de nombreuses contributions d'historiens, archéologues, architectes, historiens de l'art et du spectacle.

Informations

Lieu
Museo di Roma
, Salles d'exposition au premier étage
Horaire

Du 4 mai au 26 septembre 2021
Du mardi au dimanche de 10h00 à 19h00.
Dernière entrée une heure avant la fermeture
Jours de fermeture
Lundi

CONSULTEZ TOUJOURS LA PAGE AVIS avant de planifier votre visite au musée.

Billet d'entrée

Voir la page: Billets

Informations

Tél. 060608 tous les jours de 9h00 à 19h00.

Promue par
Direction générale des biens culturels du Capitole

 

Typologie
Exposition|Documentaire
Jours de fermeture
Lun
Commissaire
Federica Pirani, Gloria Raimondi e Flavia Pesci

Catalogue

Eventi correlati

Il n'y a pas des activités en cours.
20210920
1009359
© GIACOMO BALLA, by SIAE 2021 e Michele Cammarano, La presa di Porta Pia, 1870
20210702
1009128
Il recupero del Rinascimento
Museo di Roma
02/07/2021
Evénement|Conférences